Édito

Karavel et Kalypso évoquent le voyage, l’exploration, le mouvement et c’est bien ce qui nous a manqué ces derniers mois. Plus que jamais, ces deux festivals s’inscrivent comme des temps de retrouvailles et de convivialité – plus qu’essentiels, profondément indispensables.

Les festivités battront leur plein à l’occasion du 15<sup>ème</sup> anniversaire de Karavel dès cet automne, suivies des 10 ans de Kalypso en 2022 : une raison supplémentaire de célébrer l’énergie vibrante de cette danse née dans la rue il y a 40 ans.

Nach et Grichka, ces deux chorégraphes à l’affiche, qu’ils nous tendent la main ou tapent du poing, invitent à aller de l’avant, à retrouver nos appuis avec force et vitalité. Comme un défi lancé au cloisonnement des corps, ils ont été choisis cette année aux côtés de Jekyde pour une Carte blanche dédiée au krump, une danse d’urgence, exutoire, puissante et engagée, qui aujourd’hui se fait une place dans les plus grandes salles.

Deux festivals, un même message, celui d’un élan commun pour mettre en lumière les talents d’une jeunesse aux parcours singuliers. La création chorégraphique hip hop se renouvelle constamment, remporte l’adhésion des publics et des professionnels en France comme à l’étranger, et est de plus en plus attendue. Karavel et Kalypso redoublent d’efforts pour accompagner cet essor et faire en sorte qu’il perdure, dans un contexte fragilisant et incertain dont les conséquences se feront probablement sentir à long terme. Plus de 60 compagnies sont au rendez-vous, dont de nombreux jeunes talents bénéficiant ici d’une fenêtre de visibilité exceptionnelle. Lieux de découverte et d’innovation, les festivals accueillent une quinzaine de spectacles créés cette année et sept premières exclusives.

Sur les deux territoires, 71 partenaires – dont une vingtaine de nouveaux lieux – contribuent à ouvrir le champ des possibles pour les artistes et à déployer l’effervescence créative des chorégraphes hip hop auprès de tous les publics. Au-delà des salles de spectacle, les festivals démultiplient les invitations à la danse en investissant les écoles, les centres sociaux ou commerciaux, et même pour la première fois des entreprises avec le Marathon de la Danse.

Nous invitons chacun à explorer ce programme à sa manière pour y découvrir un florilège de propositions, entres compétitions, créations, initiations, projections et expositions, pour s’émerveiller ensemble de la richesse et de la diversité de la danse.

Mourad Merzouki, Directeur artistique

Événements

Fruits du rapprochement des festivals Karavel et Kalypso, plusieurs événements sont construits en collaboration entre les équipes de Lyon et Paris. Ces événements, véritables temps forts des festivals, se retrouvent ainsi programmés – sur des formules sensiblement identiques – sur les deux festivals pour le plus grand plaisir des publics rhônalpins et franciliens !

À Karavel : mar. 12 octobre À Kalypso : mer. 17 novembre

Carte blanche au krump

Les festivals Karavel et Kalypso donnent la parole aux artistes en mettant à leur disposition de formidables terrains de jeu, parfois atypiques, pour exprimer leur liberté de danser. Cette année, place au krump avec trois artistes majeurs de ce mouvement : Grichka, Nach et Jekyde.

À Karavel : sam. 16 octobre À Kalypso : sam. 04 décembre

Défilé chorégraphique

S'installant dans de hauts lieux du patrimoine français, le Défilé chorégraphique offre un cadre d'exception à la danse hip hop. Sous le regard d'un jury de professionnels, 15 danseurs de renom se défient sur un catwalk, à l'instar des défilés de mode.

Conçus dans la continuité du travail mené par Mourad Merzouki à Pôle en Scènes et au Centre Chorégraphique National de Créteil & du Val-de-Marne, les festivals Karavel et Kalypso se croisent, se répondent et se complètent. Afin de répondre aux enjeux de diffusion des compagnies, les festivals proposent chaque année à plusieurs compagnies de faire le pont entre Karavel et Kalypso. En 2021, près d’une vingtaine de compagnies feront le voyage entre les deux régions. Pourquoi pas vous ?